Dialogue et échange renouvelé avec le mouvement Focolari

Photos de l’après midi de dialogue et d’échange avec le mouvement Focolari le 29 Mai 2010 dans leurs siège à Arny (Essonne)

Rencontre des étudiants musulmans de l’IESH avec catholiques du mouvement des Focolari

Samedi 29 mai 2010

L’IESH a organisé en 2008 un colloque dont le thème était « religion et liberté d’expression » et avait invité à cette occasion des associations chrétiennes, dont les Focolari.

A la suite de cette journée, Ammar (IESH) reçoit un mail de la part d’Anne(Focolari) proposant une rencontre entre les jeunes des deux confessions, ce qui a débouché sur une après midi d’échanges le samedi 12 mars 2009, se terminant par un barbecue fraternel improvisé dans la cour de l’IESH… (cf blog de l’IESH).

La rencontre a été tellement enrichissante et productive des deux côtés qu’il a été décidé d’un « match retour », comme dirait Samuel, qui s’est déroulé cette fois en « terre chrétienne » le samedi 29 mai 2010.

Yaly et Aicha qui étaient présentes l’année dernière se sont donc chargées de l’organisation avec Samuel et Sessi du mouvement des Focolari.

Après s’être assurés de qui ramenait la salade, les boissons, le dessert, le pain et le fromage, avec quelles voitures on partait, l’heure de départ (française et pas marocaine, algérienne ou comorienne nous a demandé Yaly…) voila 11 jeunes gens de l’IESH barbus ou non, voilées ou non, partis à l’heure que vous voudrez (toujours dire In Cha’Allah !…) se rendant à Bruyères le Chatel dans l’Essonne…

Une fois n’est pas coutume, c’est la voiture des filles qui est arrivée la première (merci le GPS… mais chut…)! Pardon ! Yassine parti de Créteil à vélo nous attendait. Etant présent l’année dernière, il était vraiment chez lui et intégré dans le groupe des Focolari ! Il était prêt à nous faire visiter.

Malgré notre retard, nos amis chrétiens nous attendaient sous la pluie par peur qu’on passe devant eux sans les voir et cela n’a en rien entamé leur sourire, leur bonne humeur et leur chaleur.

La dernière voiture (de garçons…) ayant fini par arriver sous les applaudissements nous avons pu terminer les présentations.

Après avoir essayé de visiter le domaine (qui fait tout de même 24 hectares) et empêchés par la pluie, nous voici de retour dans cette magnifique bâtisse surplombant le domaine. Nous avons tout de même retenu que quand les Focolari ont acheté le terrain, c’était une « forêt vierge » et qu’il a fallu beaucoup de patience et de bénévoles pour en faire cet endroit magnifique où les scouts musulmans ont eu l’occasion de camper.

Après nous avoir expliqué que « focolari » voulait dire « foyer de cheminée » c’est-à-dire un endroit apportant chaleur et réunissant des personnes, nous avons visité les bureaux de la Maison d’Edition « Nouvelle Cité » qui publie des magazines et livres religieux.

Nous avons ensuite eu droit à un goûter et un accueil avec une chanson très touchante avant de passer au « vif du sujet »…

 

L’objectif de ces rencontres étant de mieux se connaître, l’idée était, non pas de faire des débats théologiques entre nous (d’autant qu’il n’y avait pas de théologiens dans le groupe…) mais de se concentrer sur un thème précis, concret et fédérateur entre les deux confessions qui était de « s’interroger sur sa relation à Dieu » à travers trois questions que chacun peut se poser :

  • Qui est Dieu pour moi ?
  • Comment je vis ma relation au quotidien avec Dieu ?
  • Que m’apporte cette relation avec les gens, dans les épreuves, les joies et les peines ?

Etant plutôt nombreux, une trentaine en tout, il est décidé de faire trois groupes d’une dizaine de personnes (4 musulman(e)s et 6 chrétien(e)s dans chaque groupe) pour que tout le monde puisse s’exprimer autour de ces questions.

Chaque groupe avait un rapporteur chrétien et musulman pour faire un retour à tout le monde lors d’un temps prévu pour qu’on se retrouve de nouveau tous ensemble.

Malheureusement, le temps était très limité : une heure d’échanges pour pouvoir prier el Asr dans son temps.

L’ambiance était très différente d’un groupe à l’autre (tandis qu’un était « diesel » comme dirait Farouk, un autre dans une pièce à côté nous faisait profiter de ses éclats de rire, à se demander si on parlait de la même chose…)

Il est ressorti de cet échange que la définition principale de Dieu pour les catholiques est « Amour », suite au commandement « aimez-vous les uns les autres ».

Il s’en est suivi une discussion entre nous à savoir que dans l’Islam, la relation horizontale avec les hommes est très importante, mais on travaille d’abord notre relation verticale avec Dieu qui est prioritaire et l’amour envers les hommes découle de cet amour envers Dieu.

On s’est accordé pour dire que dans la société française d’aujourd’hui, il est difficile de parler de Dieu dans la vie « normale », par exemple au travail, sans entendre des moqueries ou un rejet de la majorité.

Le « laïcisme à la française » ne touche pas que les musulmans, mais les croyants d’une manière générale et c’est quelque chose que nous avons tous déploré. Sessi me citait un passage de l’Evangile qui disait que Jésus annonçait à son peuple que ceux qui le suivraient seraient persécutés… C’est donc normal, et c’est le contraire qui ne le serait pas. Encore un point commun : les épreuves sont un signe de l’amour de Dieu et il faut les recevoir comme tel.

Parmi les points qui ont interrogés nos hôtes, c’est notre assiduité et cette discipline que nous avons dans notre relation avec notre Créateur. Le fait que notre journée soit rythmée par les 5 prières tout au long de notre vie les a interpelés. Mais il n’y a pas que la prière : toute la journée est rythmée par des invocations au lever, lorsque nous quittons notre foyer, montons dans notre voiture, même dans nos moments intimes… Pour certain, seuls certains moines pouvaient arriver à avoir Dieu dans leur esprit à tous les instants de la vie.

Parmi les points qui interrogent, il y a le voile. Un couple me demandait pourquoi les femmes devaient le porter. Ma réponse a été de leur dire que c’était un commandement divin, et une protection pour la femme et la société d’une manière générale et non pas pour soumettre la femme à l’homme, au contraire. La preuve en est qu’ on a dans la société occidentale des exemples tous les jours à travers les canons que la mode veut imposer ou l’utilisation du corps de la femme d’une manière abjecte. Cette dérive conduit entre autres à des mal-êtres chez de plus en plus d’adolescentes souffrant par exemple de maladies comme la boulimie ou l’anorexie et où les cliniques de chirurgie esthétique pour les femmes plus âgées s’ouvrent de plus en plus dans le monde… Même s’ils étaient d’accord sur ce point de vue, ils trouvaient que ce n’était pas juste que la femme soit obligée de se couvrir pour être protégée.

 

De même que nos amis catholiques ont assisté à la prière de l’Asr (pour certains c’était la première fois qu’ils voyaient des musulmans prier), nous avons été invités à assister à une de leurs prières, qui après la lecture d’un texte biblique s’est terminée par un temps où ceux qui le voulaient, confiaient un problème qui les touchait au Seigneur en le disant à haute voix.

Ce fut un moment de recueillement très fort et nous avons tous ressenti la concentration et la méditation qui régnaient à ce moment.

 

La rencontre s’est terminée par un barbecue où l’ambiance était vraiment familiale avec des personnes qui, pour la plupart, se voyaient pour la première fois, y compris entre les étudiants de l’IESH, mais c’était comme si on se connaissait depuis longtemps.
Il n’y avait absolument aucune barrière entre nous. Nous étions réunis pour l’amour de Dieu et pour le partager et cela se ressentait d’une manière incroyable.
Les au revoir s’éternisaient, beaucoup sont restés sur leur faim et une chose est sûre et certaine, toutes les personnes présentes souhaitent et espèrent renouveler l’expérience.

Certains étudiants de l’IESH appréhendaient cette rencontre car c’était la première fois qu’ils « confrontaient » leur croyance avec des personnes d’autres confessions, et tout le monde a été plus qu’agréablement surpris et reparti enrichi humainement.

Philippe, un membre de Focolari m’a dit en partant : « Merci beaucoup à vous d’être venus. Vous avez enrichi notre sol et notre terre par votre visite. Notre terre est vraiment différente et plus riche à présent. Je le ressens vraiment et je le dis sincèrement »…

 F.Rahmani

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s